Tous les articles par Yves

Mon regard sur le pain a changé

Depuis que je connais Marion, beaucoup de choses ont changé. Je ne parlerai pas ici des aspects les plus privés, bien sûr. Mais vivre avec quelqu’un qui est intolérant au gluten est un peu différent de l’expérience commune à la plupart des gens. Beaucoup moins difficile que ce que certains pourraient craindre, mais il y a des choses courantes sur lesquelles on ne jette plus le même regard.

L’une d’entre elle est la réaction que l’on peut avoir devant une devanture de boulangerie.

J’ai aujourd’hui un p(petit) mouvement de recul devant une baguette dite traditionnelle. Vous savez ? Celle qui est élégamment saupoudrée d’une blanche farine sur une croûte dorée. La simple présence de la fine farine me fait immédiatement penser à tous les endroits où cette farine va probablement aller se loger et le risque de la transporter partout autour de moi si je m’en approche. Ce n’est pas la terreur que provoquerait la réception d’une enveloppe emplie d’une poudre blanche immédiatement associée aux alertes à l’anthrax de 2001, mais je n’aurais pas imaginé cela avant d’être personnellement confronté à la sensibilité au gluten.

Evidemment, c’est aussi un peu la même chose avec les miettes du pain. Juste un peu moins inquiet parce que plus visible…

La galette GF, c’est GlutaBye

Aucun doute, même sans être intolérant au gluten, la galette des rois de GlutaBye est délicieuse.

galette GlutaByeLe feuilleté est très fin, la pâte se tient bien, elle est fourrée d’une délicieuse frangipane, subtilement beurrée. Donc, pas besoin de chercher le sans gluten pour apprécier la galette des rois chez GlutaBye.

Dépêchez-vous de passer commande (Janvier est presque fini).

 

Un seul regret : GlutaBye a arrêté de produire ses excellents chaussons aux pommes et pains aux raisins (en fait, cette boite a un vrai pâtissier aux commandes).

A noter : la gamme de boulangerie bio (qui s’appelle Revola) est aussi très bien.

Le “sans gluten”, une escroquerie ?

Parfois, j’avoue que je suis un peu énervé par les excés de certains qui se lancent dans la mode du sans gluten. Au delà des malades coeliaques et des vrais intolérants au gluten, on commence à trouver de plus en plus de gens qui se découvrent mieux sans gluten.

Cette forme de régime “à la mode” est bonne pour l’élargissement de la distribution des produits gluten-free, mais c’est aussi mauvais pour le risque que cela fait courir d’une confusion dans notre pays où, alors que la maladie coeliaque n’est pas encore assez connue. Trop de gens commencent à penser que ce n’est qu’un régime de plus (il n’est qu’à regarder les réactions de certains serveurs dans les brasseries parisiennes).

C’ets le coeur d’un article passionnant (pour ceux qui lisent l’anglais) que j’ai trouvé sur le site du Telegraph: The great gluten-free scam (la grande escroquerie du sans-gluten). Le titre est violent et pourtant il est approprié. Les arguments y sont multiples.

Espérons que cette mode que l’on retrouve chez bien des stars people (du tennis ou d’ailleurs) ne sera pas une raison de plus pour retarder la prise de conscience de notre pays en ce qui concerne la nécessité de prendre en charge correctement les gens qui sont intolérants au gluten. Nous avons du retard par rapport à d’autres pays.

Café Pinson : à la mode, mais AVEC gluten !

Il n’y a pas beaucoup de lieux qui se présentent “sans gluten” à Paris. C’était donc une excellente raison pour tester le Café Pinson (rue Forez dans le 3e). Le quartier est plaisant (sauf pour le stationnement, mais le métro reste un vrai moyen de transport parisien et la marche à pied est bonne pour l’équilibre biologique de notre corps).

Sans blé ? Vous voulez rire !

Mais la déception a été à la hauteur des espérances.

Ne nous méprenons-pas. Le Café Pinson est un lieu agréable (un peu bruyant comme beaucoup d’espaces à la mode et remplis de jeunes gens fougueux). Mais ce n’est pas le séjour à recommander pour des intolérants au gluten.
Continuer la lecture de Café Pinson : à la mode, mais AVEC gluten !

Casa Ramon, c’est bon !

Surprise chez Monoprix ce soir : à la recherche d’un des rares churizos compatibles avec les contraintes du GF (comme d’habitude, il faut lire les étiquettes avec attention), nous avons découvert une marque visiblement attachée à des produits ultra-naturels : Casa Ramon. C’est déjà appréciable pour tous, mais cela va plus loin : les ingrédients du chorizo montrent un produit tout à fait compatible avec l’absence de gluten (alors que bien des fournisseurs le “renforcent” avec du sirop de glucose, souvent de blé). Mieux, conscients de l’importance de cette qualité, leur saucisson sec est aussi clairement étiqueté “sans gluten”.

Merci et bravo à Casa Ramon !

Saucisson et chorizo de CasaRamon

Kit de survie sans gluten pour partir au Bhoutan

Prête à partir en trek au Bhoutan ? Et oui, il faut préparer une telle expédition en stockant de la nourriture qu’il faudra emporter soi-même sans nécessairement faire confiance à l’organisation locale (il vaut mieux prévenir l’agence de voyage et le guide, mais il convient de ne jamais leur faire complètement confiance). Au moins les petits déjeuners, pour pallier aux chapatis locaux (galettes de blé), ainsi que quelques snacks. Rien que du consommable sans cuisson puisque les moyens logistiques et de cuisine seront plutôt rudimentaires!

Il y aura donc dans le sac :

  • quelques pains briochés,
  • des biscuits sucrés et salés,
  • des gâteaux, particulièrement appréciables au petit déjeuner.

Tous sans gluten, évidemment!

Provisions pour le Bhoutan

En tout cas, les réserves sont en partie constituées… elles sont aussi importantes que les chaussures, le duvet ou l’anorak.

Grille-pain à usage réservé

Pain grilléLes pains sans gluten sont le plus souvent (toujours ?) des pains pré-cuits qui ont besoin d’être repris avec une dernière cuisson au four ou au grille-pain. On peut utiliser le four mais c’est plus long et contraignant qu’un grille-pain.

Attention cependant: pour éviter toute pollution au blé, il est impératif de réserver un grille-pain au pain sans gluten. Ici, pas de problème vu que seule Marion consomme du pain grillé (donc sans gluten). Mais une recommandation pour ceux et celles qui doivent cohabiter : deux grilles-pain séparés. Mieux, il vaut mieux les éloigner l’un de l’autre étant donné qu’un grille-pain a tendance à envoyer balader les miettes de pain grillé un peu partout autour de lui (un vrai problème en matière de pollution au gluten ; seule solution : la zone gluten interdite à l’intolérant, mais c’est compliqué à gérer).

Ou encore mieux : pas de pain normal, juste des pains gluten-free ! Mais lors, quid des croissants?…